mardi 8 décembre 2015

L'avis des musulmans orthodoxes concernant les fêtes de fin d'année

À Jérusalem, l'Autorité palestinienne utilise Noël pour glorifier les terroristes musulmans (ces deux mots ont tendance à former un pléonasme) et faire l'apologie des djihadistes tueurs de civils et des apologistes de la mort. Avec, en apparence, l'aval du représentant de l'église orthodoxe, mais a-t-il un autre choix, compte tenu de tous ce que subissent les quelques poignées de chrétiens qui restent encore dans ce qui est pourtant leur pays? L'archevêque Theodosios de Sebastia, du Patriarcat orthodoxe de Jérusalem, a érigé l'arbre de Noël sur le campus de l'université Al Quds, l'arbre est décoré non pas des ornements traditionnels mais de photos des terroristes palestiniens.


En France, les attentats ne sont pas oubliés, mais comme on n'a pas encore atteint le niveau d'attaques subies par Israël, la vie continue. 

Tout le monde s'apprête à fêter Noël et le jour de l'an. Tout le monde ou presque... Car une certaine communauté, à croire son clergé,  ne se sent pas concernée et ses représentants disent même que ces fêtes ne sont pas pour eux, à aucun prix et en aucune façon.


1°Tout d'abord, ce que dit l'UOIF, une des composantes principales du Conseil français du culte musulman (CFCM). L'UOIF représente donc une large frange de l'islam orthodoxe de France. A ce titre, il a un "devoir de réserve": il ne peut rien dire qui serait contraire à la législation du pays, dont il utilise le logo avec le profil de Marianne pour faire croire qu'il est attaché à la République et à ses valeurs. 

En clair, l'UOIF, comme les autres organisations musulmanes, use de cet outil formidable de propagande qu'est la taquiyya et est donc dans l'obligation de modérer ses propos. Voici ce que cela donne, une fois passé le blabla qui justifie sa position: 
"La permission de leur souhaiter bonnes fêtes se confirme s’ils présentent leurs vœux aux musulmans à l’occasion des fêtes musulmanes, car l’islam nous ordonne de répondre à la bonne action par une bonne action, et de répondre à la salutation par une salutation meilleure, ou du moins égale. Dieu dit : « Si on vous adresse une salutation, saluez d’une façon meilleure ; ou bien rendez-la (simplement)  [verset 4:86]». [...] Il serait inconvenable [inconvenant?] que le musulman soit d’une noblesse moindre ou d’un niveau de comportement inférieur par rapport à un autre. Le musulman est supposé être doté d’un comportement des plus parfaits". [...] Il est permis d’utiliser des formules habituelles utilisées pour de telles occasions et qui ne contiennent aucune reconnaissance de leur dogme. Il s’agit plutôt de formules de politesse et de courtoisie appartenant à l’usage des gens. [...] Nous n’oublions pas de dire ici que certains jurisconsultes comme Ibn Taymiya et son élève Ibn al-Qayyim ont fait preuve d’une extrême intransigeance par rapport aux fêtes des idolâtres et des gens du Livre et la participation à ces fêtes, et nous partageons leur avis en luttant contre le fait que les musulmans célèbrent les fêtes religieuses des non-musulmans, comme nous pouvons voir certains musulmans célébrer la fête de « Noël » [1] comme ils célèbrent la fête de l’Aïd al-Fitr ou l’Aïd du sacrifice, et peut être plus. Or, ceci n’est pas permis, car nous avons nos fêtes de même qu’ils ont leurs propres fêtes. Cependant, nous ne voyons aucun mal à leur souhaiter de bonnes fêtes pour quiconque est uni à eux par un lien de parenté, de voisinage, au travail et autre lien social qui exige entretien et bonne compagnie conformément au bon usage". 

C'est le langage "modéré" des représentants "modérés" de l'islam "modéré" de France. On n'arrête pas de le dire aux islamophobes, islamo-sceptiques, islamo-alarmistes, islamo-résistants suspicieux et autres "racistes" (l'islam est une race... il paraît): il y a bien un islam "modéré"! C'est ce que la gauche bo-bo anciennement gauche caviar appelle "l'intégration à la française", mais pas seulement la gauche: la droite sarkozienne aussi. Le CFCM n'est-il pas l'oeuvre de Sarkozy? Et son ami-ennemi-juré de Bordeaux, l'imam charia-compatible Juppé Alain et Tareq Obrou ne sont-ils pas copains comme cochons (pardon: c'est pas halal!)? 
Rappel: Tareq Obrou est le grand imam de Bordeaux, il était et il est toujours, malgré ses déclarations, le djihadiste proche des Frères musulmans qui soutient les tueurs du HAMAS. 

Mais puisqu'on vous le dit: intégration parfaitement bien réussie! Circulez!

Notez que pour cet islam modéré, le musulman est supérieur au chrétien, il ne saurait donc en faire moins que ce dernier. D'ailleurs, le musulman est supérieur à tous les autres groupes humains, quels qu'ils soient (lire mon post "L'islam a hiérarchisé les humains") mais il paraît qu'il ne s'agit pas de racisme mais juste l'expression de la réalité la plus authentique (selon l'islam), vu que les musulmans sont dépositaires du Dernier Message de Vérité. 

"[...] le Musulman lui connaît les fêtes qui existent en Islam, elles sont au nombre de trois : ‘Aid al fitr, ‘Aid al adha et la fête hebdomadaire de Jumu’a. Ces fêtes singulières à l’Islam traduisent l’identité des musulmans. Il s’agit d’un acte d’adoration, les Musulmans ont le devoir de montrer à leurs enfants l’importance des fêtes musulmanes, car elles représentent des valeurs importantes. [...] S’ajoute à cela le fait que célébrer une fête qui ne fait pas partie de l’Islam est une innovation [2][...] En voulant fêter malgré tout Noël, les musulmans concernés mettent au même rang la religion des gens du Livre et la nôtre & s’approprient une part de leur croyance, alors qu’ALLAH Le Très Haut agrée pour seule et unique religion l’Islam Subhana ALLAH ! Pourquoi vouloir chercher à ressembler aux autres alors qu’ALLAH n’agrée que l’Islam? [...] La Oummah est supérieure à toutes les autres communautés, elle bénéficie d’un noble héritage et d’ancêtres exemplaires inégalables". 

"Parmi ce qui est interdit et qui est un grand péché il y a le fait de se [sic] ressembler aux mécréants que ce soit par les habits ou l’embellissement ou de célébrer leurs fêtes, de même il est interdit de se faire ressembler aux grands pécheurs. Ainsi il est interdit de fêter les fêtes spécifiques aux mécréants tel que noël ou le jour de l’an de faire des décorations pour cela, ainsi que de les aider à cela ou leur souhaiter la bonne fête (s’il sait qu’ils font de la mécréance en ces occasions comme le fait qu’ils disent que Jésus est fils de Dieu et il les aide à cela ou les félicite en cela, il devient mécréant)". 

"L’origine de la déviance de certains musulmans Bien qu’Allah nous ait mis en garde d’emprunter la voie des juifs et des chrétiens, Son décret reste inévitable conformément à Sa science éternelle et à ce dont nous a informé Son messager. [...] Le consensus L’unanimité des savants de l’Islam, parmi lesquels les grands imams et leurs disciples, ont mentionné l’interdiction d’un grand nombre de choses en citant la ressemblance aux mécréants parmi les gens du Livre et autres, comme principale cause de ces interdictions. Il s’agit d’un nombre de choses absolument indénombrables, et toute personne versée dans le domaine de la jurisprudence ne peut nier cela. L’observation attentive de leurs paroles nous amène à la conviction irréfutable que les gens de science sont unanimes quant à l’interdiction de ressembler aux mécréants et à l’obligation de se différencier d’eux". 

5° Peut-on fêter Noël avec ses parents ? Avis de la Grande-mosquée de Lyon
"[...] les féliciter à propos des symboles de leur religion est interdit à l'unanimité. Par exemple les féliciter pour leurs fêtes ou leur jeûne, et leur dire alors : "Joyeuse fête !" etc. Si celui qui dit ceci ne tombe pas lui-même dans le kufr [3], il commet au moins un interdit. C'est comme si on félicitait ce non musulman pour sa prosternation devant la croix".

6° Est-il permis à un(e) converti(e) d’assister aux célébrations de Noël de sa famille?
"Il est permis d’assister à un tel événement, car il s’agit de préserver les liens avec la famille. On peut donc assister à ce type de réunions sociales, mais il convient de ne pas prendre part aux activités «religieuses» liées à ce genre d’événement".
Nota: un verset du coran dit que vous ne devez avoir aucune parole de compassion pour vos parents ni aucune pitié envers eux s'ils ne font pas partie des "croyants":
"Il n'appartient pas au Prophète et aux croyants d'implorer le pardon en faveur des associateurs, fussent-ils des parents alors qu'il leur est apparu clairement que ce sont les gens de l'Enfer" (verset 9:113).

Un autre demande de renier ses parents non-musulmans sous peine de griller dans l'Enfer-Hatamah "jusqu'à pleurer suffisamment de sang pour que les navires puissent y naviguer" [4]:
"Ô vous qui croyez! Ne prenez pas pour alliés, vos pères et vos frères s'ils préfèrent la mécréance à la foi. Et quiconque parmi vous les prend pour alliés... ceux-là sont les injustes" (9:23).

Un autre encore commande aux musulmans de ne pas se fier aux non-musulmans, fussent-ils leurs proches: 
"Tu n'en trouveras pas, parmi les gens qui croient en Allah et au Jour dernier, qui prennent pour amis ceux qui s'opposent à Allah et à Son Messager, fussent-ils leurs pères, leur fils, leurs frères ou les gens de leur tribu (58:22). 

7° Célébration de la fête de Noël

 "Nul doute à propos de l'interdiction de ce qui a été mentionné concernant la célébration (de la fête de Noël) car cela implique l'imitation des mécréants. [...] Il n'est pas permis aux musulmans de les imiter en quoi que ce soit concernant la célébration de leurs fêtes, qu'il s'agisse de la nourriture, de l'habillement , de bains, de l'allumage du feu, de l'annulation d'une activité cultuelle ou habituelle liée au gagne pain ou une autre. Il n'est pas permis de préparer un repas, de donner un cadeau ou de vendre quelque chose qui puisse aider à cela (dans l'organisation de ces fêtes) ni de permettre aux enfants de pratiquer les jeux liés à ces fêtes ni de se parer (spécialement). En somme, ils ne doivent rien réserver aux fêtes (non musulmanes) qui relèvent de leurs pratiques". 

"Ce qui est appréhensible [répréhensible?] dans la présentation de félicitations aux Chrétiens lors de leurs fêtes, c'est d'afficher sa joie devant eux , de faire preuve à leur égard d'une courtoisie qui traduise l'approbation de leur conduite, même si cela ne dépassait pas les apparences.L'interdiction frappe toute personne qui leur montre une quelconque forme d'approbation et de participation telles l'offre de cadeaux, l'échange verbale de congratulation, l'octroi d'une autorisation d'absence, l'offre de repas, la fréquentation de lieux de distraction entre autres habitudes qui marquent les fêtes. L'intention différente de ce qui est dit ne rend pas l'illicite licite. Les aspects apparents de ces actes suffisent pour étayer l'avis émis dans le sens de l'interdiction (de la participation à ces fêtes)".

"Il n’est pas permis au musulman de participer aux fêtes des infidèles, d’exprimer sa joie à cette occasion et de cesser ses activités religieuses ou profanes puisque cela revient à s’assimiler aux ennemis d’Allah et à coopérer avec eux pour soutenir le faux (ce qui est interdit). Il a été rapporté de façon sûre que le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui)  a dit : « Quiconque cherche à ressembler à des gens leur est assimilé»". 

10°La fête de noël est illicite
"Il n'est permis à aucun musulman de participer à ces fêtes de mécréants car c’est considéré comme une participation à ce qui est erroné et comme une ressemblance à ces mécréants. [...] Quant à l'arbre de Noël, il est connu qu'il représente l'un des rites relatifs à cette occasion chez les mécréants. Les Oulémas ont mentionné, en raison du Hadith précédent, qu'il n'est pas permis de s'assimiler à des mécréants en faisant ce qui leur est spécifique". 

"Il n’est pas permis au musulman et à la musulmane de participer aux fêtes des chrétiens, juifs et autres mécréants. Il est même obligatoire de délaisser cela, car quiconque imite un peuple en fait partie. D’ailleurs, le Prophète nous a interdit de leur ressembler, ou de les imiter dans leurs mœurs. Il est donc du devoir du musulman et de la musulmane de prendre garde à cela. Il ne leur est pas permis de les aider en quoi que ce soit, car ce sont des festivités contraires à la loi religieuse". 


La conclusion qu'on peut en tirer? Contrairement au discours "conventionnel" qui n'est en réalité que Taquiyya, les chrétiens sont bien pour les musulmans orthodoxes des infidèles, des mécréants, des associateurs ou encore des païens. Mais aussi des "ennemis", terme clairement mentionné dans la fatwa d'IslamQA qui ne fait que reprendre la jurisprudence sunnite. Les chrétiens sont donc bien des kuffar, au même titre que les polythéistes. Passibles de mort selon la sunna. CQFD.

Le "croyant" ne doit en aucun cas essayer de les imiter, ce serait d'une part "se rabaisser" et dénier la supériorité des musulmans sur les non-musulmans, et d'autre part, de finir carbonisé dans l'Enfer-as-Samoum. 

Donc vous tous, les kuffar, vous voilà prévenus: le vocabulaire bienveillant, avenant ou amical que peuvent vous tenir certains musulmans peut n'être que de la vulgaire taquiyya, la belle invention islamique à l'usage des naïfs.

***************************

[1] L'UOIF place le mot Noël entre guillemets tandis que Dawah-Paris l'écrit sans majuscule. Ce qui pourrait correspondre à la volonté de ne pas imiter les "mécréants" et à une forme de rejet des "rites idolâtres". Serait-ce considéré comme une des formes de rejet du christianisme, devoir qui incombe à chaque musulman? Je pense que oui, car pour l'islam, la reconnaissance de n'importe quelle autre religion, y compris le christianisme et le judaïsme, mène à la mécréance et à l'hérésie. 
Nota: La Dawa (ou Dawah) est "l'invitation faite au non-musulman à écouter le message coranique", autrement dit du prosélytisme, une pratique obligatoire pour chaque musulman. C'est donc le but assigné à ce site "paris-dawah.fr".

[2] Pour l'islam, l'innovation est le fait de rajouter à la religion des éléments qui n’existaient pas du temps de Mahomet.
Il y a 2 types d'innovation: l’innovation d’égarement, qui contredit le coran et la sunna, et l’innovation de bonne guidée, qui est en accord avec le coran et la sunna.
Dans le cas présent, il est bien sûr question de l'innovation d’égarement, 
une hérésie punissable par Allah des flammes de l'enfer. 

[3] le kufr: la mécréance. Mot dérivé: kafir, qui donne kuffar au pluriel.

[4] L'islam est basé (entre autres) sur la contrainte, la répression et la terreur. C'est ainsi que le coran nomme l'enfer de différentes manières et lui donne des qualificatifs propres à inspirer l'épouvante et l'effroi dans les esprits:  
Hawiyah, al-Houtamah, Jahannamah, al-Jahim, Ladha, an-Nar, as-Sa’ir, as-Samoum, Saqar, Sidjjine et d'autres noms pour désigner cette fois les portes de l'enfer, au nombre de sept.
Pour ceux qui veulent en savoir plus sur le sujet: le site de la mosquée d'Elbeuf, Seine-Maritime.

De quoi vous faire faire des cauchemars, et c'est le but recherché. Même et surtout en période de fête.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire